Chers lecteurs, si vous avez été victime d’un préjudice et que vous décidez de confier votre dossier à un avocat, vous serez confronté à cette question : comment choisir un avocat ? Alors, bien sûr, vous pouvez vous fier à la réputation du cabinet. Le bouche-à-oreille peut également vous influencer positivement. Mais au moment de choisir un avocat, trois éléments sont déterminants :
S’agit-il bien d’un avocat spécialisé en indemnisation des victimes ?
Avez-vous ressenti une forte motivation et une capacité à s’impliquer personnellement dans votre dossier ?
Et enfin : êtes-vous en confiance ?

1/ Comment choisir un avocat : l’importance de la confiance

En confiant votre dossier à un avocat, vous demandez à ce dernier d’obtenir une juste indemnisation de votre préjudice.

L’avocat connait les règles juridiques applicables à votre dossier et connait également la stratégie à mettre en place pour obtenir une juste indemnisation de votre préjudice. Il vous expliquera lors du premier rendez-vous ce qu’il va faire pour vous.

La première prise de contact est primordiale pour construire les fondations de cette relation unique avocat-client qui repose sur une confiance réciproque.

J’insiste tout particulièrement sur le terme réciproque car s’il parait évident que le client ait confiance en son avocat tant pour ses compétences que pour sa rigueur, l’avocat doit également avoir confiance en son client. En effet, il doit être sûr que le client ne lui cache rien et qu’il peut compter sur son honnêteté intellectuelle. Vous le comprendrez tous : si le client cache certains éléments propres au dossier, l’avocat ne pourra pas le défendre avec la même efficacité que si il avait eu connaissance de ces éléments.

2/ Comment choisir un avocat : les clés de la confiance

Il est évident que la confiance en l’avocat ne se gagne pas dès le premier jour. Pour autant, au moment de choisir un avocat, cet élément est déterminant.

Alors, si vous me donnez pour mission d’obtenir une juste indemnisation de votre préjudice, voilà quelques règles que j’impose à notre relation :

Tout d’abord, je suis transparente sur la question des honoraires : j’en parle dès le premier rendez-vous, j’écris les montants et je vous fais signer une convention d’honoraires.

Je téléphone régulièrement au client ou j’adresse des mails et courriers pour l’informer scrupuleusement de l’avancement de son dossier ou de l’absence d’avancement.

J’explique exactement ce qui se passe et ce que je vais faire.

Je vous explique par la suite le processus indemnitaire.
Je vous explique notamment la manière dont se pratique une transaction et sur quelles bases.

Combien de fois ai-je entendu : « mon voisin a eu le même accident que moi et a obtenu une indemnisation supérieure…. » ou bien : «  j’ai vu sur internet des barèmes supérieurs à ce qui est proposé… » «  ou bien encore : « un ami m’a dit que son avocat avait obtenu plus… ». Les « conseillers avisés » ne manquent pas pour déstabiliser la victime, souvent en discréditant les actions de son avocat… De plus, aucun dossier ne se ressemble : votre voisin a pu obtenir une indemnité supérieure car tout simplement il n’a pas le même âge que vous ou tout simplement parce que l’assureur qui l’a indemnisé a une politique indemnitaire plus généreuse qu’un autre assureur.

Il faut par ailleurs faire un tri méthodique sur internet car les barèmes utilisés en matière d’indemnisation du préjudice corporel sont très spécifiques et pas forcément diffusés sur le net.

Enfin, l’avocat a sans doute obtenu plus car tout simplement, il a choisi la voie judiciaire à la transaction qui peut permettre d’obtenir selon les juridictions des indemnités supérieures.

Je ne conseillerai jamais assez le client de faire abstraction des réflexions des uns et des autres et de se concentrer au contraire sur ce que je conseille.

En effet, j’ai pour mission d’obtenir une juste indemnisation de votre préjudice. A ce titre, je réunis les compétences pour vous conseiller d’accepter une transaction ou au contraire, d’engager une procédure judiciaire.

Pour ma part, la confiance donnée par un client est un beau cadeau et me permet de travailler en toute sérénité.

Le mot de la fin pourra se résumer en cette simple phrase d’une de mes clientes : « Maître, je vous remercie pour cette indemnité, j’ai eu raison de vous choisir comme avocat ».

CategoryConseil
Write a comment:

*

Your email address will not be published.

logo-footer

RESTEZ CONNECTE: