Conduire avec un plâtre

Peut-être avez-vous déjà été confronté(e) à cette situation : vous êtes victime d’une chute, d’un accident et vous vous retrouvez plâtré(é) ou porteur d’une minerve.

Pour autant, vous vous sentez capable de conduire pour aller chercher vos enfants ou tout simplement, pour aller travailler, si votre état le permet. Vous vous posez donc la question : avez-vous le droit de conduire avec un plâtre ou une minerve ?

Sachez que l’article R412-6 Modifié par Décret n°2008-754 du 30 juillet 2008 – art. 15 prévoit :

I.-Tout véhicule en mouvement ou tout ensemble de véhicules en mouvement doit avoir un conducteur. Celui-ci doit, à tout moment, adopter un comportement prudent et respectueux envers les autres usagers des voies ouvertes à la circulation. Il doit notamment faire preuve d’une prudence accrue à l’égard des usagers les plus vulnérables.

II.-Tout conducteur doit se tenir constamment en état et en position d’exécuter commodément et sans délai toutes les manœuvres qui lui incombent. Ses possibilités de mouvement et son champ de vision ne doivent pas être réduits par le nombre ou la position des passagers, par les objets transportés ou par l’apposition d’objets non transparents sur les vitres.

III.-Le fait, pour tout conducteur, de contrevenir aux dispositions du II ci-dessus est puni de l’amende prévue pour les contraventions de la deuxième classe.

IV.-En cas d’infraction aux dispositions du II ci-dessus, l’immobilisation du véhicule peut être prescrite dans les conditions prévues aux articles L. 325-1 à L. 325-3.

La loi est donc très claire : tout conducteur doit se tenir constamment en état et en position d’exécuter facilement et sans délai toutes manœuvres qui lui incombent.

C’est ainsi que le port d’une minerve vous gênera lorsque vous devrez vérifier les rétroviseurs.

Le port du plâtre, selon la localisation, occasionnera également une entrave importante pour passer les vitesses d’une boite de vitesse manuelle, tenir le volant ou pour maîtriser les pédales.

En cas de contrôle des forces de l’ordre, ces dernières pourront décider de vous sanctionner ou pas.

Si vous êtes sanctionné(e), vous risquez une amende pouvant s’élever à 150 euros et à l’immobilisation de votre véhicule.

En outre, vous prenez le risque de l’aggravation possible de vos blessures en cas d’accident.

Le bon sens consiste donc à laisser la voiture ou le deux-roues au garage…

Oubliez le volant ou le guidon.

Choisissez plutôt la place passager et laissez-vous transporter !

 

CategoryConseil
Write a comment:

*

Your email address will not be published.

logo-footer

RESTEZ CONNECTE: